Divers & variés

21 novembre 2007

Epilogue

... et à proximité des restes du kookabura, l'on trouva quelques poils bruns sans conteste d'origine canidée. Ainsi, il avait donc survécu...

Posté par kookabura77 à 17:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


19 novembre 2007

Ninety-nine

Ninety-nine as in "This is the 99th entry of this blog". Ninety-nine as in "It fails before the 100th".

Considering the time I have spent on this, and the indisputable right of life and death I have here, it is my duty to tell you, that I will no longer edit this blog. No more entries, no more morning depressions, no more evening pains. No more words. No more of this time lost to sentences. No more talking, writing, elaborating, describing, understanding. I hate understanding. It gives you a shallow feeling of knowing more without the power to change it. Understanding is boring, understanding makes me sick. Looking for, and putting the right word into the right place makes me also sick, and tired.

solitairSo it is just right that I bring it prematurely to an end, as I did with many other things in my life, for fear of scary and freezing thoughts, or because I was lazy, or stupid. It could have been hundred, but it is so much more symbolic of my whole life with ninety-nine, as for this one missing, you know. Yes, ninety-nine is one missing. One missing in my brains, one missing in my thoughts, one missing in my heart. Life is not a blog, life is not an aesthetic alignment of nice-sounding words with deep meanings, but overlooking the essential. Life is not a literary challenge. Life is made of stars, freezing wind, and half past 11pm at a bus stop in an empty street. Life is made of bridges, like the one I forgot to pay attention at which places it was linking together, focusing on what it was going over. Sorry about that, dear. I've built my very own solid ice cage, where I am safe from harm, actually too safe, and now I can not destroy these walls from inside.

It's been nice writing here, looking for appreciation, recognition. Shouting at things, recovering or suffering from other, my own humble role in the great comedy. I will surely continue writing (I bought a laptop in this regard). But it's also been like trying to fit my ice cube into a round hole. I need a pause from all this, and my past, present and future will not leave me in peace. The chapter of these last five months now has to close, leaving room for something new, better, worse or stupidly the same, I still don't know. But it does go on. Thank you.

This blog in its current form has lived. May it rest in peace. End of the story.

Posté par kookabura77 à 09:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 novembre 2007

Conte de la jungle (Chap. VII)

Dans la jungle, personne ne vous entend hurler. C'est pour cela que le lieu de prédilection de Grand Coyote était indéniablement la colline. Enfin, jusqu'à présent. Bizarrement, alors que l'hiver s'installait, Grand Coyote remarquait qu'il n'avait plus vraiment envie, aucun besoin, de se dresser à sa tribune nocturne, non. Bizarre. Cela ne voulait pas dire non plus qu'il était parfaitement heureux et comblé. Pas spécialement. Mais les habitudes disparaissent soudain, d'autres prennent le dessus, peut-être temporairement. Grand Coyote travaillait, un bon filon de bananes, très rémunérateur, un peu plus au nord, mais il pouvait y travailler à distance, un avantage certain. Ce n'était pas cela qui le préoccupait.

coyote_faceGrand Coyote était troublé. Lui, le solitaire, se retrouvait dans une situation inattendue. Il avait rencontré une femelle de son espèce. Un peu par hasard, ou peut-être pas. Et elle avait le don, comme toutes les femelles de son espèce, d'ailleurs, de le faire douter, balancer. Il préférait, par instinct, garder ses distances, mais c'était difficile. Elle aussi gardait ses distances, d'ailleurs. Il n'aurais su dire ce qu'elle cherchait vraiment, préférait ne pas s'y fier. Mais quand il la voyait, sur les collines alentours, il se sentait soudain comme fou, comme le petit coyote qu'il fut autrefois. Alors il s'approchait lentement, prudemment, à pas de coyote, prêt à battre en retraite. Elle n'était pas hostile, non. Il craignait juste l'imprévisible, l'irrationnel, les reliques du passé. Craignait aussi l'hypothétique, les faux espoirs. Mais restait avec elle, autant que possible, car ils étaient de la même espèce, car au fond de lui quelque chose s'était réveillé, une compréhension mutuelle. Il avait du mal à se l'avouer, il le redoutait, mais la distance et les murs d'indifférence qu'il s'était construit avec le temps s'effritaient soudain, il redoutait l'éboulement et la froide confrontation solitaire avec la bise hivernale.

- "Si elle te plaît, tu devrais faire quelque chose..."
Grand Coyote redressa brusquement son museau, qu'il avait enfoui, pensivement, entre ses pattes avant. C'était la première fois depuis longtemps que sa conscience s'adressait à lui aussi directement.
- "Oui, elle me plaît. Mais dois-je courir le risque de la faire fuir par des attentes qui lui seraient étrangères et renoncer ainsi à sa compagnie et ces moments précieux? Me retrouver seul alors, comme avant, mais avec ce mur abattu, à reconstruire je ne sais comment?"
Sa conscience ne répondit pas. C'était le propre des consciences, juste quelques petites phrases sans suite, lâchées opportunément, pour semer le trouble. Puis elles te laissent en plan. Il renchérit:
- "Tu as beau jeu, toi. Tu ne sais pas ce que c'est, de la voir. Je ne suis qu'un mâle, somme toute. Et quand je la vois, je ne suis plus le chasseur solitaire et implacable. Je fonds. Est-ce ma vraie nature?"
- "Je sais, je suis là, tu sais, quand tu la vois...", répondit sa conscience.
Grand Coyote ignora cet aparté:
- "Et alors je la regarde, je ne peux plus rien dire. Je regarde juste ses yeux, j'y vois mille étoiles étincelantes. Je regarde son sourire et je sens la chaleur de mille volcans. Et sa voix est le vent dans les arbres de mes collines natales."

- "Tu ne penses pas que tu exagères?", poursuivit sa conscience.
Grand Coyote réfléchit un instant:
- "Oui, c'est tout moi. Je ne laisse rien paraître, impassible, une tombe. En moi, mon petit enfer personnel, je bous, comme jamais depuis longtemps."
- "Alors?"
Grand Coyote gémit, détourna la tête, cherchant un échappatoire, sans succès. Sa conscience reprit, imperturbable:
- "Alors?"
- "Alors quoi? Que me veux-tu? Que souhaites-tu entendre? Un aveu d'impuissance? Ou simplement le fait que j'ai peur...", grogna-t-il, de plus en plus mal à l'aise.
- "Je ne souhaite rien de toi, je suis partie intégrante de toi, l'as-tu oublié? Serais-tu schizophrène?"
- "Moque-toi de moi, ris."
- "Dis-moi juste ce que tu ressens..."

Grand Coyote aspira un grand coup. L'air trop froid le fit tousser. Il se reprit, se prépara à parler, mais sa conscience lui coupa son élan:
- "Tu t'approches le plus près possible, sans dommages, mais tu ne peux pas t'arrêter là, alors tu essayes de surfer sur cette frontière, sans jamais la franchir."
- "Je ne la franchis jamais."
- "Car tu as peur de ce qui t'attend de l'autre côté, la déception qui te hante depuis des années, le rejet."
- "hmmmm"
- "Et de peur d'aller trop loin, tu préfères battre en retraite, plutôt insatisfait que déçu."
- "hmmmmmmmm"
- "Et pourtant, cela ne te rappelle rien, cette position dans laquelle tu te trouves maintenant?"
Un observateur extérieur aurait cru voir un coyote au sommeil agité. Grand Coyote essayait de se couvrir les oreilles avec ses pattes avant, tentative bien vaine au regard de la nature de son interlocutrice, qui poursuivit:
- "Il y a longtemps, elle venait du nord. Ne me fais pas croire que tu l'as oubliée, celle-là..."
Grand Coyote se mordit la patte, le sang perla, glissa sur l'herbe alentours, rubis sombre.

coyote_depUn coup bas, mais véridique. L'histoire se répète, sans cesse. Seuls les acteurs changent. Alors elle poursuivit:
- "Grand Coyote, si elle te plaît, vas-y, simplement."
- "... je ne suis pas sûr..."
- "Remettre en doute tes sentiments, invoquer l'incertitude, pour ne pas avoir à les confronter ne te mènera à rien, juste plus de souffrances et de solitude."
- "Qu'est-ce que tu y connais en solitude?"
- "Suffisamment..."
Grand Coyote se radoucit, presque suppliant:
- "Et Petit Coyote, alors? Il faut que je m'occupe de lui, je ne peux pas l'abandonner."
- "Il est loin d'être abandonné et il a besoin d'un père heureux."
- "Je n'ai pas besoin d'être heureux, il suffit que lui le soit..."
- "Faux. Tu ne t'en crois simplement plus capable..."

Soudain, le silence. Ce silence, celui que Grand Coyote supporte si mal. Sa conscience ne se manifesta plus. Grand coyote laissa échapper un grognement énervé, s'ébroua, tourna en rond. Puis, en boitant, se dirigea vers sa colline, il n'avait pas d'autre échappatoire. Aux étoiles il adressa son message, longuement, très longuement...

Posté par kookabura77 à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2007

Un allemand respectable

Les politiciens allemands me laissent froid, d'ordinaire. Leurs envolées lyriques m'échappent, leurs querelles intestines m'indiffèrent, leur stratégie m'insupporte. Tout comme les politiciens français. En fait, je l'avoue, je le confesse, je n'ai jamais pu m'intéresser à la politique, sauf forcé ou appelé au référendum. Peut-être suis-je de ce fait un citoyen inférieur aux yeux de certains. Je ne sais pas. J'ai là un sentiment analogue à celui lors de l'observation d'un plombier: "il doit savoir ce qu'il fait et comme je n'y connais rien, à moins qu'il ne soit évident qu'il se trompe, je le laisse faire". C'est triste. Des années, des siècles de combat démocratique pour en arriver là, le désintérêt blasé des classes moyennes. Mais je n'ai pas honte, je n'ai pas le temps de lire Le Monde en détail chaque jour. Et la vie politique allemande... je fais un blocage d'expatrié (de toute manière je n'ai pas le droit de vote, sauf localement).

m_ntefEt puis hier est venue l'annonce, dans toute la presse soudain recueillie, du retrait de Franz de la vie politique. Je ne peux pas juger de ses actions passées, je n'ai pas suivi. On m'a dit qu'il était le bras droit d'Angela, que c'en serait presque un gars bien. Je ne sais pas. Un vieux routier de la politique, comme on dit. Pas trop facho, engagé, respecté de ses pairs. D'accord, c'est bien pour lui. Là où les choses prennent un autre tour, c'est le pourquoi de ce retrait. Non, il n'est pas menacé par diverses enquêtes judiciaires, non il ne part pas faire des séminaires grassement payés au G7 ou universités d'élite, non il ne devient pas conseiller spécial d'un géant mondial de l'énergie après avoir négocié au nom du gouvernement un contrat juteux à l'avantage de ce dernier. Il quitte la politique, laisse en plan l'avenir de ce pays auquel il a tant consacré, abandonne ses stratégies à d'autres moins charismatiques. Pour se consacrer entièrement à sa femme, souffrant du cancer. Et je trouve ça beau, humain, beaucoup plus humain que je ne l'attendais d'un politicien ou d'un allemand en général. Mes préjugés en prennent un coup.

Hier soir, dans le dernier métro, un journal économique traînait sur la banquette. Je l'ai parcouru, tandis que le métro faisait l'omnibus. C'est là que j'ai appris la nouvelle. Et un bref instant j'ai été ému. C'est mon côté fleur bleue, le plus lointain, le plus masqué. Et pour cette décision qu'il a prise, je ne peux que lui marquer mon respect, par cette prose improvisée, Franz Müntefering. Le vérité est souvent ailleurs, j'aimerais à croire que cette noble motivation fut la seule qui décidât de son retrait. Néanmoins, merci pour cette perspective inattendue.

Posté par kookabura77 à 13:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 novembre 2007

C'est Noël...

Amusante méprise temporelle due à la présence prématurée de neige sur les trottoirs, les cheminées et les autos des allemands locaux, à la réorganisation subite des rayons des grands magasins et des vitrines alentours depuis Halloween et à la lente mais sûre résurrection des tubes immémoriaux sur les ondes voisines, à savoir: Last Christmas de Wham! et Driving home for Christmas de Chris Rea. Bref, vous ne vous en êtes peut-être pas encore rendus compte, mais le marketing implacable y a pensé pour vous et voilà: c'est Noël (dans encore une bonne quarantaine de jours, mais on compte large, dans la vente). Il serait temps de penser à ce que vous allez offrir à ceux que vous aimez, non? On ne voudrait pas vous donner mauvaise conscience, mais ces personnes, dans les publicités, elles, elle ne font qu'y penser et ont même entamé des actions dans ce sens. Il serait bête que par inadvertance, vous ratiez le dernier iPod Touch du magasin, la dernière promotion sur les brosses à dents électriques ou la subtile hausse des prix début décembre. Et si vous êtes un chacal sans famille, amis, foi, ni loi, soyez heureux: il y a une remise monstre sur les vacances à Ibiza dans les dernières semaines de l'année. Allons, soyez gentils, consommez! Vous vous êtes serré la ceinture suffisamment longtemps, le moment est venu de faire dégorger les bourses (il y aurait un double sens hors de propos dans cette dernière phrase que cela ne m'étonnerait pas).

cadeauLe zombie moyen parcourt alors les rues et les magazines à la recherche du cadeau ultime, celui qui restera plus longtemps dans le cœur de ceux à qui ils l'offriront que sur eBay. Je l'ai déjà dit plus haut, je le répète, reformule, en question: l'iPod (une quelconque de ses variantes bigarrées) serait-il le cadeau mondial? A en voir le nombre de badauds déambulant dans le métro avec leurs petits écouteurs blancs, autistes numériques, les vagues précédentes ont déjà bien profité. Pour le non-technicien, reste l'écharpe en poil de lama. Ou alors le vibromasseur. L'Allemagne, pays de l'ouverture et de l'hybridation saucisse-bière, nous encourage en ce sens en laissant aux sex-shops pignon sur rue et comme les néons sont rouges et que c'est Noël, on ne fait pas attention. Les plus distraits penseront avoir acquis, pour une somme modique, une bougie fantaisie électrique, mais non. Ou alors un calendrier. Les calendriers nous envahissent déjà, début novembre. Franchement, ça m'apporte quoi, de savoir quel jour on sera dans un an? Mais ce n'est pas grave, le calendrier est un support artistique, si. On met des photos de pâtes alignées sur un torchon et paf, voilà le calendrier italien. Des photos de fromages, pouf, calendrier français. Des photos de ... oui, vous avez compris le principe du calendrier allemand. A la croisée des magasins susdits et des librairies traditionnelles, le calendrier ar-tis-ti-que. Oui, la dame à la poitrine opulente, au grain de peau fascinant et au regard langoureux est toute nue, sur la photo, mais c'est de l'ART, la preuve: la photo est en noir et blanc. Multipliez par 12, voilà, à 3 euros la page au moins, c'est rentable.

Sinon c'est Noël parce que j'ai à nouveau un vrai travail. Certes, toujours au même endroit, mais bon, ça m'occupe, en attendant mieux (ou Noël). Alors ne m'en veuillez pas si je suis moins prolixe dans les temps qui viennent. Mon cerveau recommence à fonctionner comme avant, enfin non, bref, ça fait mal, parfois, ces hémisphères qui s'activent, longtemps oubliés. Mais je suis content d'avoir écrit, entre temps, je crois que je vais continuer, tiens. Parce que l'histoire n'est pas finie. Celle-ci sur Noël, si. L'autre, la Grande, c'est un roman-fleuve. Le dernier épisode me plaît bien, mais je ne peux pas le raconter ici, peut-être plus tard. Je garde les bons trucs au chaud pour quand la bise sera venue, c'est mon côté... coyote...

Posté par kookabura77 à 23:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 novembre 2007

Remix

Qu'est-ce que c'est, un remix? Les mêmes paroles, à peu près la même mélodie, un changement de rythme, un nouvel arrangement. En somme, pas grand chose, sur le papier, juste des paramètres, quelques loops supplémentaires, en sus de l'original.  L'original lui-même est un condensé aseptisé de studio. Le vrai original ne saurait être que la version live, sans fioritures. D'aucuns diraient unplugged. Trop restrictif. Restons-en à la version en public. Mais parfois le remix est tellement mieux que l'on en oublie la version initiale. Un exemple marquant en serait Missing d'Everything but the Girl. La version de Todd Terry a effacé toute concurrence, même la version album. Mais aujourd'hui, je ne parle pas musique. Le remix, c'est quelque chose qui se passe souvent, sans musique. Le remix, c'est un processus normal, sans doute. Le remix semble être, sinon une fatalité, une étape, une évolution. Mais ne change que peu à la mélodie de base.

La mélodie de base, c'est la litanie légère des relations humaines. Avec les variations personnelles qui s'imposent, rendent les choses uniques, impossibles à confondre. Déterminer s'il s'agit de house légère, de country ou de hip-hop est une discussion de spécialistes, de ceux qui règnent sur les talk-shows populaires, se posent en experts et inondent les temps de leur facticité vaine. Et le remix, c'est la répétition, la remise au goût du jour, avant de trouver la mélodie intemporelle et définitive, peut-être celle du silence. Une chanson, un air, ne meurt jamais, évolue, juste, les harmonies demeurent, l'accord ne sera peut-être jamais parfait, tant pis.

Je m'en suis lentement rendu compte, ces dernières semaines, à diverses occasions. En observant la présence de constantes, un modèle, une formule, une aberration mathématique, rassurante cependant. La vie résumée à une suite de chiffres, de lettres grecques, quelques vecteurs aux dimensions infinies, en boucle. Pourquoi? Ironie de l'évolution, du programme de base, de l'ultime prédestination. Ou de l'illusion du libre arbitre. Je m'en suis rendu compte, suite à diverses discussions, diverses expériences. Que l'histoire est une amusante répétition, les acteurs changent, les rôles non, ou si peu. Je dis "acteurs", seules les actrices m'intéressent. Et un petit acteur, aussi, mais c'est une autre histoire. Et les actrices sont étonnamment semblables. Trop. Toujours le même refrain.

dnastructureDe cette constatation, donc, que ce serait toujours le même type de femme, toujours le même type de personnalité qui semblerait avoir la main-mise sur ma préférence, que faire? Une lamentation littéraire frôlant le repli sur soi? Non, ça suffit, marre. J'en arriverais presque à trouver ça marrant. Et me demander d'où cela viendrait. Jusqu'ici, j'ai trouvé deux théories. La première, l'évolution: le programme génétique, ou la recherche des combinaisons assurant les meilleures chances de survie à une éventuelle progéniture. Celle qui me plairait aurait donc un ADN en quelque sorte "complémentaire" du mien. Mais je ne m'en rendrais pas compte, cela échapperait à mon contrôle, complètement. La deuxième, plus psychoanalytique: la confrontation avec l'image de la mère (ou du père, pour les dames), soit l'image profonde de la première femme (du premier homme), originelle. Et la confrontation de la diversité avec cette image bien précise, pas forcément correcte, rêvée peut-être, mais bien existante dans les tréfonds de l'inconscient. Attention, cette dernière image n'est pas forcément physique. On mélange ensuite les deux théories, shaker, voilà, on y est: le réseau inextricable des relations entre les femmes et les hommes, le grand attracteur, étrange.

Vous me direz: et l'amour, dans tout ça? L'électron libre, l'élément flottant, le cadeau bonus. Il vient perturber ou consolider les théories précédemment développés, mais ne les contredit pas définitivement. Et c'est peut-être juste un concept que les humains ont développé pour ne pas avoir l'impression de ne pas être maîtres de leurs actes alors voilà, on brode quelque chose de joli, romantique, qui satisfait chacun, mais ne fait que prouver l'écrasante supériorité de l'évolution sur les sapiens sapiens. Du coup, point d'autre choix que de faire avec, continuer comme avant. Ce n'est pas forcément plus mal. Moi, j'essaie, pour le fun, de trouver mes valeurs propres. Ce n'est pas évident. Mais ça distrait, enfin, pas trop. Il ne faut pas oublier non plus l'opérationnel. Ah oui, l'opérationnel... J'y travaille, au remix. J'y travaille.

Posté par kookabura77 à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2007

Il est tard, gros boulet

Oui, il est complètement tard et je suis toujours dans un brouillard indéfini de choses alcoolisées que je ne saurais énumérer. Les cocktails, il y en avait un nombre impair. Les bières, je sais plus. Et je crois qu'en conséquence j'ai remué mon derrière sans retenue sur des musiques électroniques dans une mesure pour moi inhabituelle. Steve a bu la même chose, plus ou moins quelque chose de plus. J'ai dû le laisser là-bas à son insistance et son refus de coopérer à ma proposition de lui payer le taxi. Je me sens un peu coupable, mais pas trop, pasque de toute manière j'ai pris un taxi aussi pour arriver vite et ne pas avoir d'états d'âme.

caipirinhaLà où je me sens moins bien, c'est en pensant au contenu de la soirée. Parce que j'ai encore lamentablement raté une bonne occasion de me sortir de la mélasse, de changer mon ordinaire. Beuh. Car il y avait une brune agréable dans ma proximité dans la pénombre entretenue de cette after-work party. J'ai une faiblesse coupable pour les brunes, mais dois-je en faire état? Qu'elle m'a regardé tout le temps. Que je l'ai croisée en sortant et qu'elle m'a dit au revoir. Et que je n'ai rien fait. Du coup, elle a échangé les numéros de téléphone avec un allemand quelconque, une chemise blanche, du genre qui porte des Birkenstock au travail et dont le seul rêve est de partir en vacances dans le Tirol en camping-car. Et il la tripotait timidement au son de la musique et elle avait l'air de se faire chier. Et moi j'avais l'air con avec ma bière à la main à côté, à la regarder aussi, de temps en temps.

A ce point là, ça en devient maladif. Il faut que je fasse quelque chose, que je retourne voir le docteur M. ou que je prenne des psychotropes, je sais pas, mais ça peut plus durer comme ça. Je me donnerais des baffes, s'il n'était pas trop tard et si je n'avais pas une quantité respectable d'alcool dans le sang. Putain merde chuis trop con. Putain merde chuis trop con. Fait chier. Fait chier. Et demain il faut que je me lève pour des choses secondaires et corporatistes, des définitions précieuses de contenants vides. Je regarde la photo de mon Petit à moi, à côté de l'écran. Je me dis, je lui dis: "Tu sais, gamin, je t'aime plus que tout au monde, je donnerais ma vie pour toi et ces secondes précieuses où tu t'endors paisiblement sur mon épaule. Mais ça ne peut plus durer tel quel, il faut que ça change, il faut que je reprenne des choses en mains que jamais je n'avais réellement eu sous contrôle. Lapin, je ne t'abandonnerai jamais, mais maintenant, il faut que je me reprenne ou ça finira mal."

C'est triste et con, d'incriminer un petit garçon de même pas trois ans dans mon incapacité maladive à nouer des contacts. Le début de la fin, la fin du début. Je suis trop bourré pour savoir, à cet instant, mais cela ne m'enchante guère...

Posté par kookabura77 à 01:39 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 novembre 2007

Grand Canyon

Il y a des voix comme celle-la. Je ne suis pas du genre à m'extasier sur les prouesses vocales de l'une ou l'autre, les ténors ou variantes m'ont toujours laissé froid. Callas, Gruberova, Netrebko, j'ignore, je laisse vivre, dans un monde parallèle, tangent. Du côté Pop, quantités de chanteuses, à la plastique irréprochable, au timbre agréable. Björk, j'aime pas. Dido, d'accord. Enya, bof (en sus de ma hantise des intégrismes locaux celtiques, donc quasi-bretons). Astrud Gilberto, certes, je le lui accorde. Mais s'il ne devait en rester qu'une, si je ne devais vénérer qu'une chanteuse, ce serait elle: Tracey Thorn.

Tracey Thorn, pour les gens de peu, les sans grade, ceux qui ont survécu on se demande comment jusqu'à présent, dans la fange putride de leur ignorance crasse et leur désintérêt idiosyncratique des choses belles qui nous font regarder plus haut et nous allègent le cœur, bref, ceux qui ne connaissent pas, c'est la chanteuse sublime d'Everything but the Girl. Celle-la même qui a enrobé les années 90 du velours sonore de son timbre magique sur les mélodies électroniques de Ben Watt, l'apothéose alors d'un nouveau genre, la naissance de la vraie pop électronique tendance légère mais dépressive, enveloppante et dansante, jamais égalée depuis. Un jour je parlerai dans ces colonnes aussi d'Everything but the Girl, plus en détails. Tracey, c'est aussi la voix dans Protection de Massive Attack, pour ceux qui ne connaîtraient toujours pas. Les autres sont irrécupérables. Allez tout de suite sur iTunes ou bien où vous voulez, vous chercher de la vraie musique.

Everything but the Girl nous a un peu laissés tomber au début des années 2000, pour se concentrer sur leurs enfants communs. Ben faisait des remixes, un peu, Tracey cuisinait du bœuf à la menthe, à Londres (tant qu'à faire). Quelques bons albums de transition, remixes et autres compilations, mais rien de nouveau, rien. Et puis cette année, Tracey sort un album. Un album qu'elle a fait toute seule, sans Ben (lui ne s'était pas gêné pour sortir plusieurs sets de remixes d'autres entre temps). Et sur cet album, Out of the Woods, Tracey chante, de sa voix inimitable. Alors on écoute et on se tait. Les visages dans le métro se voilent et la langoureuse nostalgie des nuits d'automne et leurs myriades de lumières électriques nous emporte.

31ipek5W8SLSon album est court. Juste 11 chansons, quelques 40 minutes. Je serai honnête: musicalement, tout ne me plaît pas, dans cet album. Je ne l'ai écouté que deux fois, aussi, je l'avoue. C'est varié aussi, plusieurs styles. Le lien, c'est la voix de Tracey. Et le meilleur titre de l'album, c'est Grand Canyon. Sinon ce ne serait pas le titre de ce message. Il faut suivre, un peu. Pourquoi le meilleur? Une bonne mélodie, un bon rythme, des gènes de floor filler sans même de remix nécessaire et même (ce n'est pas du luxe en ces temps troublés) un bon texte. Je me demande pourquoi on n'entend pas cet album plus souvent dans les bars branchés à la mode. Sans doute parce que je n'y vais jamais... Pourtant ce single, déjà, est du concentré de bien. Offre de surcroît un très bon remix dans le lot (King Unique Vocal Remix, pour info, à écouter sur le myspace de la Dame). Dommage qu'au niveau tessiture, je sois plutôt dans le Depeche Mode, j'aurais presque fait du karaoké.

Aux sceptiques je conseillerai peut-être de commencer par un rafraîchissement chez Everything but the Girl. Mais il faudra que je vous en parle plus en détails. J'espère par là parvenir à les dissuader d'envisager l'œuvre intégrale de Cascada comme cadeau de Noël à leur cher/chère et tendre, mais bon, je ne force personne, je propose juste une alternative. Il ne faudrait pas croire non plus que c'est un album de cantiques de Noël. En attendant, merci, Tracey. Je ne compte plus les heures où j'ai parcouru les chemins avec ta musique dans la tête, celle d'avant, celle de maintenant, aussi, dorénavant.

Posté par kookabura77 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2007

Les petits Gervais

Voilà, Il est parti. Je l'ai amené à l'aéroport, Il a retrouvé sa grand-mère hongroise pour voler jusqu'à Budapest, retrouver son environnement familier. Et moi, je me retrouve tout seul dans mon appartement surchauffé (pour ne pas qu'il attrape froid), à replier le lit et ranger les Lego éparpillés sur le sol de la chambre. J'y trouve un bus londonien miniature, oublié. Les draps, je les empile à côté. L'oreiller, je le secoue. Je fais une chose irrationnelle: je renifle la taie. Il y a son odeur. Petite dose d'endorphines. Dans le frigo, des petits Gervais.

petitgervaisTrois minuscules containers aux couleurs vives. Fraise-Cerise-Framboise. Ou Abricot-Fraise-Banane. Deux fois de la fraise. J'en engloutis trois. Fruits rouges. Bizarrement, bien qu'Il me demande toujours avec un brin d'anxiété si c'est de la cerise, Il le mange sans difficultés. Rien à voir avec le yaourt aux cerises qui n'avait pas rencontré un franc succès, cet été. Je collectionne les magnets offerts avec chaque paquet. Principe stupide: deux magnets au hasard de la collection, j'ai déjà des triples et je me rends compte qu'en plus, avec mon frigo intégré, je peux toujours courir pour essayer de coller des magnets sur la façade en bois.

Dans le S-Bahn, Il s'était endormi sur mon genou. Le vieux bavarois du siège d'en face nous regardait bizarrement, je n'ai jamais pu vraiment savoir ce qu'il pouvait bien penser. Le plus dur fut de le réveiller en arrivant à l'aéroport. Je l'assied pour remettre son écharpe, Il se rendort en une seconde. Alors je le porte d'un bras et de l'autre sa petite valise, une merveille de marketing, Samsonite en forme de coccinelle, mais la poignée, les roulettes, rien n'est dimensionné pour ma taille, ni pour la sienne, simplement un injuste milieu. Alors, brinquebalant, j'attrape l'ascenseur, repousse un gros moustachu, qui bat en retraite. A la sortie de l'ascenseur, encore du chemin jusqu'au terminal 2. Je lui explique qu'Il est lourd et que sa valise est trop petite, je le repose par terre. Il fait la grève, menace de faire le cirque devant le stand Europcar. Alors je cède, encore. Tant pis pour l'élongation, m'en fous, c'est mon Fils. On retrouve sa grand-mère, une fois passée la grande porte tournante.

Aux guichets Lufthansa, on tombe sur une hôtesse blonde pas trop désagréable, qui pousse des petits cris d'exaltation en Le voyant: "Man, ist er süüüüüüüüß!". Le ü court en fut singulièrement rallongé plus d'une fois. Elle lui parle en allemand, lui ne dit rien, sourit juste, un peu. L'hôtesse enregistre ses bagages en un tour de main, sans perdre en enthousiasme pour autant, puis lui fait des petits signes de la main alors que nous nous éloignons. Je les emmène vers le portes d'embarquement, les laisse devant le contrôle. Difficile de faire des adieux, de dire au revoir normalement. Parce que ce n'est pas très normal. Parce que ça pourrait être pire. On n'a pas encore développé de rituel de départ, je ne sais pas s'il nous en faut un. J'ai le sentiment qu'il me manque quelque chose, mais je réalise en m'éloignant que c'est mon Fils et que la situation est telle qu'il me faudra m'y faire. Au moins, on aura eu une bonne semaine de vacances.

En sortant, je flânouille alentours. Alentours limités, c'est un aéroport. Je regarde le Transrapid, trouve une brochure qui m'occupera sur le chemin du retour. Le S-Bahn arrive, je me retrouve au milieu de voyageurs qui se battent pour monter dans une rame vide. Il y a de la place pour tout le monde. A Neufahrn, monte une brune, modèle local, pas désagréable, non plus. Elle enlève sa veste, démontre à qui veut un pull en laine suffisamment échancré, bafouille sur son portable puis étudie avec attention des formulaires du test écrit du permis de conduire. Ce dernier point m'amène à réaliser que soit elle fait plus que son âge, soit il faut que je me recalibre. Enfin bon, ce n'est pas comme si je voulais sortir avec les copines de mon Fils, encore heureux.

En voilà une autre, elle sort de la rame devant moi alors que je me dirige vers le bout du quai, arrivé. Plus dans mes âges. Elle va prendre le bus, moi, j'y vais à pied. Je remonte ma capuche, pas pour faire jeune ou mystérieux, juste parce que j'ai froid, soudain. Je sais ce qui va m'attendre, une fois franchi le seuil de mon appartement. Plus tard, je compense avec de la bière et de la musique de sauvages, enfin non, électronique. Je m'abrutis devant les émissions scientifiques de fin de dimanche après-midi. Hier on avait regardé "Hund Katze Maus" avec le Petit. Ça faisait une éternité que je n'avais pas regardé ça. Le centre de réhabilitation pour chevaux blessés lui a beaucoup plu, ainsi que les visites vétérinaires du Dr. Wolf, Il était impossible de le décoller du canapé.

Tiens, à propos, en parlant de canapé, si je dormais sur le canapé, ce soir? C'est l'apanage des célibataires, une forme subtile de luxe, que de pouvoir décider ainsi où s'allonger pour la nuit. Stupide, je ferais mieux de dormir, demain sera encore une grande journée, digne des annales. Non. Si. J'essayerai de me lever avec un à-priori positif sur le déroulement de ce jour, pour changer. Je vais mettre un post-it à côté du réveil, pour m'en souvenir.

Posté par kookabura77 à 00:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 novembre 2007

Intermède

Hier, c'était la Toussaint, comme le notait Marion dans un commentaire. Ben oui. La fête des morts. Comme je n'ai pas de morts à fêter dans mon pays adoptif (la formule est rude, mais vraie), je n'ai pas visité de tombe. Quoiqu'à côté de chez moi, il y ait un petit cimetière autour d'une petite église, de toute beauté. Pas de fascination morbide, non, juste un lopin de terre, avec des vieilles pierres et des fleurs, des arbres, une ambiance paisible. Point.

feuille4Avec la petite famille, on est plutôt allé manger un truc bavarois, bien lourd, avant que les restaurants ne soient remplis de ceux qui sortaient de la messe (bah oui, c'est comme ca, ici). Et puis on a vu l'Englisher Garten dans ses couleurs d'automne. C'est là que je me suis rendu compte que ça faisait des éternités que je n'avais été là-bas. Certes, la foule des jours fériés. Mais les couleurs de l'automne. Les photos. Les souvenirs. Je pense que la dernière fois que j'y ai été, c'était avec elle. Il y a plus d'un an. Paf. Dépression. Non pas que je la regrette, enfin si. Ce n'est plus une personne que je regrette, mais ce qu'elle représentait. C'est triste. Ça m'ennuie. Le Petit, lui, il s'en fout, il a trouvé une branche d'arbre de taille parfaite et joue au bretteur shaolin (oui, un mélange des genres). Apparemment, lui a réussi à faire la part des choses. Bon.

Changement de décor. Une place, ce soir. Des scientologues vespéraux distribuent des tracts. Apparemment, avec le Petit à la main, je ne fais plus partie de leur cœur de cible. C'est bête, c'est toujours triste de se rendre compte que l'on est plus dans le cœur de cible de quelqu'un, qui qu'il soit. Non pas que je meure d'envie de me joindre à ce groupe douteux et à l'idéologie drolatique (ouais, le coup des âmes d'extraterrestres captives...). Mais que ça fait toujours drôle de ne pas se sentir bienvenu ou intéressant. Il y a quelques années, un type que je ne connaissais pas m'avait spontanément donné un tract dans le métro pour une réunion d'information sur la dianétique (ouais, le truc sous-jacent à l'idéologie susdite). Ça ne m'intéressait pas plus alors, mais j'avais cependant tiré une maigre et fugitive satisfaction du fait que j'étais le seul dans ce wagon à qui il ait donné un tract.

Pareil, au Kaufhof, pas d'échantillon du parfum de David Beckham. Avoir un enfant à la main, ça ne doit pas faire suffisamment métrosexuel. Pourtant il en a, lui, des enfants. Avec le Petit, le seul cadeau qu'on nous a fait pour l'instant dans ce pays ravagé par l'asexualité, c'était au rayon charcuterie, une tranche de saucisse en forme de nounours. Lui, il l'a reniflée et voulait la redonner à la serveuse en disant "Non, pas bon!". J'ai escamoté ce geste, tout en m'en félicitant. Ça, c'est mon Fils à moi! Pareil, les offres d'essai de Fitness Center, c'est pas pour moi. Je ne sais pas quelle conclusion en tirer. Soit cela laisserait entendre que physiquement, je suis en parfaite et pleine forme, que ça se voit, soit je serais une loque irrécupérable. Du coup, je redoute les distributrices de tracts. Mais là où elles font moins les malines, toutes, c'est quand mon Petit à moi est fatigué et s'endort sur mon épaule, dans la rue. J'entends alors des regards féminins qui, un bref instant, me redonnent espoir, bien que j'aie autre chose à faire, en père responsable, que courir la gueuse avec un petit garçon endormi sur le bras.

Sans enfant, ben on fait aller. L'autre jour, une soirée à thème, avec les deux inhibiteurs en chef. Un petit restaurant inoffensif d'apparence, qui se révéla être un antre à belettes. Mais on était là pour manger, il ne faut pas tout mélanger. Je restai stoïque lorsque le serveur ponctua chacune de ses visites à notre table d'un contact physique malvenu à mon encontre. Je le laisse donc me caresser l'épaule lorsqu'il m'apporte mon assiette de dindon au curry, je ne fais pas d'esclandre, j'ai faim. Les choses se compliquent lorsque sa jeune collègue serveuse, beaucoup plus mon genre (c'est-à-dire féminin), ponctue elle aussi sa venue d'une caresse équivalente. Sans doute que ce n'était pas mon charme ravageur, mais plutôt une nécessité topologique, qu'en sais-je? Bref. Et elle reste à côté de notre table en souriant, nous demande en quoi elle pourrait se rendre utile. Les autres inhibiteurs font ce qu'ils font le mieux, c'est-à-dire inhibent et balayent machinalement le plafond du regard. Un bref instant une facilité me traverse l'esprit, engendrée par une promiscuité cutanée fugitive précédente. Mais non, je suis venu pour manger, moi et après il y a le Petit qui arrive, alors je lui dis qu'elle pourrait nous amener l'addition, pendant qu'elle y est. Bah elle n'en est pas revenue. 30 secondes plus tard, face à un silence gêné et son insistance interloquée, je dus admettre, à des fins diplomatiques, que c'était une blague et que ce n'était pas si pressé (mais que ça nous arrangerait quand même si elle pouvait l'amener, hein). Alors elle est rassurée et retourne vaquer alentours. Un court instant j'eus ce sentiment troublant que j'aurais peut-être gagné à me taire comme les deux autres, mais non. De toute manière, il ne faut jamais draguer la serveuse...

Posté par kookabura77 à 21:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]